Archives de Catégorie: Horizons Lointains

Une invitation aux voyages
Les voyages forment la jeunesse mais pas que…

Bas les masques !

Par défaut

Savez-vous que le Carnaval de Venise a plus de mille ans ? en 1094, les Vénitiens portaient déjà le masque. Moment de fête, moment de fusion entre les nobles et le peuple de Venise, le carnaval de Venise avait aussi une importance sociale. Tout un chacun avait ainsi la possibilité de sortir caché, du plus riche au plus pauvre et on imagine aussi de quelle manière cela servait les intrigues amoureuses…

En cette fin de Carnaval,  j’ai envie de partager un souvenir de voyage à Venise avec cette reproduction d’aquarelle. Un encadrement bien sobre sur un document déjà coloré ; j’ai choisi de jouer avec les couleurs de biseaux, sous-carte et sous-baguette sur un biseau fantaisie et un passe-partout blanc 😉

Vous pouvez d’ailleurs retrouver d’autres cadres sur ce thème du Carnaval sur le site d’ADC-cARTonCadre

 

carnaval-venise

by Carole / Elles-en-Cadres

 

 

Africa4mains

Par défaut

J’éprouve une tendresse toute particulière pour cet encadrement réalisé à 4 mains avec ma nièce Anne et, lorsque j’ai revu ce tableau à Noël, j’ai joué au paparazzi pour vous le montrer et surtout, pour en faire la surprise à Anne en le mettant à l’honneur 

Laurence / Elles-en-Cadres

Les puristes de l’épuré diront qu’ il y a pas mal d’éléments ajoutés, mais ils ne nuisent en rien au visuel et l’accompagnent au contraire en racontant une histoire : des bâtonnets, un ruban ajouré naturel et une perle faisant office de bouclier au personnage du milieu accompagnent une longue marche.

Un beau papier bleu à fibres habille le PP souligné d’un biseau jaune et de sous-cartes coupées bleues, le tout reposant sur un fond ébène.

Une jolie baguette ethnique dénichée à l’ Eclat de Verre et voilà terminé notre tableau Africa4mains !

 

En mouvement

Par défaut
by Laurence / Elles-en-Cadres

by Laurence / Elles-en-Cadres

Aujourd’hui, je vous emmène en Afrique, grâce à cette aquarelle d’Irina, artiste que j’apprécie particulièrement (l’année dernière, je vous avais présenté Trois z’éléphants pour une zélée fan  et Silhouette africaine… Vous reconnaissez la patte de l’artiste ?)

Pour cette nouvelle aquarelle, j’ai flashé sur 2 beaux papiers indiens de la gamme Shiyogami de l’Eclat de Verre, subtil jeu de cercles dorés sur fond fushia ou turquoise (que j’ai utilisé recto verso pour le turquoise, complété par un Canson et par un papier doré).

Comme cela faisait longtemps que je ne m’étais pas fait un petit délire genre « prise de tête », j’ai voulu rattraper le retard en accentuant le mouvement de marche de la belle dame via un encadrement à niveaux en montant des cales de hauteurs différentes (quand j’ai essayé d’expliquer mon projet à mes copines, elles m’ont regardée bizarrement…). Voici  2 photos vous montrant la structure pour vous aider à comprendre..

Irina1

Irina2Nouveau détour par la boutique d’Eclat de Verre du Chesnay pour y dénicher cette jolie baguette toute simple à reflets dorés et zou ! Repos des méninges bien mérité !

Mission accomplie ! c’était une vraie prise de tête !!!
.
Laurence d’ Elles-en-Cadres

Namasté !

Par défaut

En ce début de mois de Mai, j’ai eu la chance de faire un magnifique voyage au pays des miniatures : l’Inde, et plus précisément en Inde du Nord, dans la province du Rajasthan.

Le terme de « miniature » est trompeur car il ne fait pas référence à la taille de l’œuvre, qui peut être très grande. Il s’agit en fait de la finesse d’exécution, obtenue grâce à l’emploi de pinceaux extrêmement fins.

Et j’ai bien sûr craqué sur des peintures aux thèmes traditionnels, exécutées sur soie pour la plupart et sur os pour la plus petite :

  • le Maharaja et sa cour, d’inspiration Moghol,
  • le triptyque aux 3 animaux symboliques : Eléphant (chance) / Cheval (pouvoir) / Dromadaire (amour),
  • le paon (symbole d’immortalité et de fertilité).
  • la scène d’amour pour laquelle j’avoue avoir un faible (c’est mon côté fleur bleue). La transparence de l’os apporte une lumière mettant particulièrement en valeur des détails époustouflants !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous vous rappelez ? Il y a quelque temps, je vous présentais mon encadrement de miniature persane dénichée sur une brocante. Maintenant, il ne me reste plus qu’à encadrer ces 5 miniatures ! Je vous présenterai mon travail dans… 1001 nuits !

Laurence

Yes we are open

Par défaut

A partir d’une illustration d’Aurélien Terrible, photographe nancéen fasciné par New-York, je me suis amusée à découper des cartons biseau de façon à prolonger le regard et donner un côté graphique à l’ensemble.

by Carole/Elles-en-Cadres

by Carole/Elles-en-Cadres

Un papier en relief reproduit les pavés du trottoir, un lamali un peu gris souris et nuageux reprend le ciel et les biseaux rouge soulignent la composition.

Enfin, une double baguette blanche et rouge ferme le tout.

Vous trouverez un autre encadrement d’Aurélien Terrible, réalisé par l’autre p’tite Nana, Laurence, en suivant ce lien.

 

Virée en Thailande

Par défaut

Voici 4 soieries en provenance de Thailande que j’ai encadrées pour ma collègue Martine. Chaque paire étant destinée à des personnes différentes, j’ai joué d’une part sur l’or et l’argent avec un passe-partout doré sur un filet vert et un biseau argenté, et d’autre part sur le rouge et l’argent avec des passe-partout interrompus sur un biseau 45° bleu pour l’une et un biseau droit doré pour l’autre.

Quant aux baguettes, j’en ai trouvé une magnifique dans les tons rouge, patinée, se fondant très bien avec le côté argenté de la broderie ; pour la 2ème série, j’ai opté pour une baguette discrètement argentée et une sous-baguette dorée pour rester dans l’esprit or/argent de la création.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

1,618 033 988 749 894 848 204 586 834 365…

Par défaut
by Laurence / Elles-en-Cadres

by Laurence / Elles-en-Cadres

1,618 033 988 749 894 848 204 586 834 365… C’est le fameux nombre d’or -φ pour les intimes-  que j’ai utilisé pour encadrer cette miniature persane trouvée en brocante et représentant une scène de chasse.
On retrouve ce nombre -plus modestement appelé « nombre de l’harmonie universelle »- en géométrie, en architecture (dans les Pyramides égyptiennes, les temples grecs, chez Le Corbusier…) mais également en peinture (l’homme de Vitruve de Léonard de Vinci) et même en encadrement bien sûr !
Ici, le talon est égal aux marges latérales multipliées par 1,618. J’ai travaillé le PP en Mariévé, du nom de sa créatrice. Il s’agit d’une superposition de cartonnettes recouvertes d’un seul papier, ici le bleu Twilight de Murano. Un premier biseau droit est habillé de papier japonais dont toutes les couleurs sont présentes dans la peinture, le second est recouvert plus simplement de doré. Le tout repose sur une hausse amenant un peu de profondeur. L’œuvre est elle-même en équilibre sur une petite cale.

La baguette est constituée d’une mosaïque de pavés dorés, sur fond vieilli.

Voici l’encadrement d’origine :
Scene chasse persane