Archives de Catégorie: Scènes de vie

danse, sport, déco…

Le Café de Paris

Par défaut

Michel Boulet est un artiste, d’origine marseillaise, que j’ai rencontré dans sa galerie à Saint Paul de Vence, il y a quelques années. C’est à partir de l’une de ses reproductions, Le Café de Paris, que j’ai réalisé ce biseau fantaisie coupé. Je trouvais que la rondeur d’un biseau fantaisie pouvait rappeler la rondeur des dames et du parasol.

Un biseau droit recouvert de papier népalais bleu encadre le document. Deux passe-partout blancs enserrent un nouveau biseau droit recouvert d’un magnifique papier toile de lin rouge clair de l’Eclat de Verre. Enfin, les biseaux fantaisie reprennent les couleurs  précédemment utilisées. Une baguette blanc mat, de l’Eclat de Verre également, ferme le tout.

salon de the

by Carole/Elles-en-Cadres

Publicités

Africa4mains

Par défaut

J’éprouve une tendresse toute particulière pour cet encadrement réalisé à 4 mains avec ma nièce Anne et, lorsque j’ai revu ce tableau à Noël, j’ai joué au paparazzi pour vous le montrer et surtout, pour en faire la surprise à Anne en le mettant à l’honneur 

Laurence / Elles-en-Cadres

Les puristes de l’épuré diront qu’ il y a pas mal d’éléments ajoutés, mais ils ne nuisent en rien au visuel et l’accompagnent au contraire en racontant une histoire : des bâtonnets, un ruban ajouré naturel et une perle faisant office de bouclier au personnage du milieu accompagnent une longue marche.

Un beau papier bleu à fibres habille le PP souligné d’un biseau jaune et de sous-cartes coupées bleues, le tout reposant sur un fond ébène.

Une jolie baguette ethnique dénichée à l’ Eclat de Verre et voilà terminé notre tableau Africa4mains !

 

Vive les mariés !

Par défaut

Ma nièce Pauline m’avait laissé cette carte de l’illustratrice Muriel Kerba, nommée « les mariés », pour en faire ce que je voulais…

A défaut d’être mariés (ça, c’est prévu pour l’année prochaine…), Pauline et son amoureux se sont installés dans une maison sur la côte d’Opale.  Alors, à l’occasion de leur pendaison de crémaillère, j’ai réalisé ce boitage.

by Carole / Elles-en-Cadres

by Carole / Elles-en-Cadres

Pour donner le mouvement de voyage vers l’aventure, j’ai fait un biseau trapèze d’un côté, suivi d’une niche pour la clé du bonheur ! une vieille clé retrouvée dans un tiroir, plongée dans un pot de peinture verte, et hop ! le hasard a voulu aussi que je trouve, à l’Eclat de verre, le papier de la niche identique à la robe de la mariée…

Mon beau sapin !!!

Par défaut

Les P’tites Nanas vous souhaitent un doux et Joyeux Noël !!!

by Elles-en-Cadres

by Elles-en-Cadres

L’été sera chaud ! ?

Par défaut

Et bien, ça y est ! l’école est finie ! le soleil est enfin arrivé ! il est l’heure pour les p’tites Nanas de faire un peu de ménage dans leur atelier… et de prendre un peu de vacances pour mieux vous retrouver en septembre, et réfléchir à de nouveaux projets !

Bel été à vous tous et à très vite !

1,618 033 988 749 894 848 204 586 834 365…

Par défaut
by Laurence / Elles-en-Cadres

by Laurence / Elles-en-Cadres

1,618 033 988 749 894 848 204 586 834 365… C’est le fameux nombre d’or -φ pour les intimes-  que j’ai utilisé pour encadrer cette miniature persane trouvée en brocante et représentant une scène de chasse.
On retrouve ce nombre -plus modestement appelé « nombre de l’harmonie universelle »- en géométrie, en architecture (dans les Pyramides égyptiennes, les temples grecs, chez Le Corbusier…) mais également en peinture (l’homme de Vitruve de Léonard de Vinci) et même en encadrement bien sûr !
Ici, le talon est égal aux marges latérales multipliées par 1,618. J’ai travaillé le PP en Mariévé, du nom de sa créatrice. Il s’agit d’une superposition de cartonnettes recouvertes d’un seul papier, ici le bleu Twilight de Murano. Un premier biseau droit est habillé de papier japonais dont toutes les couleurs sont présentes dans la peinture, le second est recouvert plus simplement de doré. Le tout repose sur une hausse amenant un peu de profondeur. L’œuvre est elle-même en équilibre sur une petite cale.

La baguette est constituée d’une mosaïque de pavés dorés, sur fond vieilli.

Voici l’encadrement d’origine :
Scene chasse persane

Sur les planches de Deauville…

Par défaut

by Laurence / Elles-en-Cadres

Le photographe René Maltête était un poète des images. Il fixait sur la pellicule des scènes de la vie quotidienne, avec un humour subtil et souvent décalé… comme on aime ! L’une de mes photographies préférées est « Rayures » où l’alchimie de l’amour aboutit à un bien joli quadrillage (il faut cliquer sur l’image pour bien voir le clin d’œil sur le jeu des rayures 😉 )

Un encadrement noir et blanc s’imposait bien sûr, ainsi que la technique du biseau inversé à pente libre car elle me faisait penser aux moulinets à vent fleurissant sur les planches de Deauville. La photographie, cernée de noir, est posée sur un support carton mousse de 1cm et se trouve donc en hauteur (d’où les cales que l’on aperçoit sous la baguette). Carole a également utilisé cette technique pour son encadrement Le Maltais, vous vous rappelez ?

Un grand merci à mon ami Robin, le fils de René Maltête, qui m’a autorisée à publier ce cadre. Robin a dédié un blog aux œuvres de son père : http://rene.maltete.com. Vous pouvez y retrouver de nombreuses photographies que vous reconnaîtrez certainement.