Archives de Tag: L’Eclat de Verre

Joyeux Anniversaire Véronique !

Par défaut

Que celle qui n’a jamais été frappée de leucosélophobie  me jette la première p… page blanche !

Culpabilisant un peu d’envahir ma belle-sœur Véro avec les encadrements de bateaux que j’offre régulièrement à mon frangin, je lui ai demandé de me donner à son tour des œuvres à encadrer. Et elle m’a confié ces 2 jolies cartes faites-maison par son amie Laurence. Et là… oups ! Syndrome de la page blanche – double page en l’occurrence… Alors, j’ai pris une sage décision : laisser de côté dans l’attente d’une révélation… Et, j’ai attendu… attendu… (et Véro aussi du coup a attendu… attendu…). Quand soudain, quelques années plus tard, le déclic s’est enfin produit ! Ce sera un quadrilobe avec un ruban parsemé de diamants roses pour le premier et une variation de pointes pour le second, les 2 embaguettés* par l’Eclat de Verre.

Alors aujourd’hui, en ce jour spécial, je le clame haut et fort :

Joyeux Anniversaire Véro !!!

by Laurence / Elles-en-Cadres

by Laurence / Elles-en-Cadres

.

.

.

;

;

;

;

.

..

.

 

.*oui, je sais, le verbe « embaguetter » n’existe pas… mais je le trouve trop mignon, pas vous ? 😉

Publicités

La pêche miraculeuse

Par défaut

Lorsque mon amie Marie m’a confié l’encadrement de ce magnifique émail de l’Abbaye Saint Martin de Ligugé, j’avoue que l’inspiration ne m’est pas venue immédiatement… Cadeau de son grand-père pour son petit garçon, il fallait une création intemporelle : ni trop enfantine (le thème ne s’y prête pas), ni trop austère car destiné à un jeune enfant. Après moult réflexions, documentation, visites d’églises et abbayes, j’ai eu l’idée de le traiter tel un vitrail puisqu’il s’agit de la reproduction d’un vitrail de la Cathédrale de Coutances illustrant une scène biblique, « La Pêche Miraculeuse ».

Le projet était un peu ambitieux et plusieurs essais ont été nécessaires pour obtenir une régularité dans les pierres formant la double voute.  La solution a été de composer chaque pierre de 3 morceaux de cartonnette espacés d’1mm permettant un pliage net aux arrêtes. Je les ai recouvertes et rembordées de papier Lamali clair.

J’ai assemblé les « pierres » ainsi obtenues sur du carton-mousse d’1cm recouvert au préalable de papier marron simulant les joints. Ensuite, il m’a fallu faire coïncider les pièces du 2me niveau avec celles du 1er. Pas évident pour le haut de la voute dont les pierres sont trapézoïdales !

L’émail est venu se nicher sur une feuille de papier mûrier bleu ciel doublé (le papier mûrier est un papier transparent artisanal avec incrustation de fibres de soie). Il constitue véritablement le prolongement du ciel figurant sur la plaque d’émail et est très lumineux.

Le PP du dessus, recouvert d’un papier aspect blue jean repose sur une cale avec une cartonnette dépassant bleu marine venant encadrer la fenêtre. Ce papier vient apporter la touche d’jeun.

La double baguette dénichée à l’Eclat de Verre a été repeinte par Marie pour mieux s’harmoniser à la déco de la chambre et se coordonner au mieux avec la plaque.

J’avoue avoir eu quelques inquiétudes au moment où j’ai remis l’encadrement, même si l’idée de départ, les couleurs, avaient été validées par Marie. Son grand-père -qui avait offert cet émail à son arrière-petit-fils donc-, a été « bluffé par la mise en valeur que l’encadrement avait apporté« … Ouf ! 🙂

Si vous êtes curieux et souhaitez en savoir plus sur l’art de l’émaillerie, vous trouverez des explications très intéressantes sur le site de l’Abbaye de Ligugé. Bonne visite !

 

 

 

 

Pour Anne : ma Douce

Par défaut

Aujourd’hui, je voudrais mettre à l’honneur ma nièce Anne qui est chère à mon et qui m’a confié l’encadrement de la photo de sa Douce lorsqu’elle était encore toute toute petite (ça ne fait pas si longtemps, mais elle grandit tellement vite !).

Pour cette jolie princesse, je me suis inspirée du biseau Duchesse en le soulignant d’un ruban à paillettes.  J’ai eu un mal fou à trouver le papier noir recouvrant le PP et c’est finalement à l’Eclat de Verre de Levallois Perret que le déclic s’est fait après que le vendeur, touché par ma détresse, soit allé le chercher au fin fond du sous-sol de la boutique (en fait, il s’agit d’un papier toilé). Je me suis servie du papier Shiyogami noir et blanc (et oui, encore cette série que j’adore) comme d’un treillage et mis du doré pour apporter un peu de lumière. La photo est cernée d’un papier blanc légèrement pailleté.

by Laurence / Elles-en-Cadres

by Laurence / Elles-en-Cadres

Les avis étaient partagés au sein de l’atelier d’encadrement : fallait-il ou non peindre la baguette en argenté, pour rappeler le bois du fauteuil ? J’ai choisi de la conserver en l’état car j’avais peur que l’argent amène un aspect « froid » à l’encadrement et puis je trouve qu’elle met bien en valeur la jolie peau dorée…

Je t’aime Anne, tu es une maman extraordinaire.